Route des Navigateurs

Photo de Maryvonne Berthault - Coucher de soleil 800 x 600

Roulé et écrit par Maryvonne Berthault.

À la découverte de la rive sud du Saint-Laurent, de Montréal à Rivière-du-Loup sur la Route Verte

Jour 1: Lachine – Sorel, 105 km sur la Route Verte, septembre 2015

Le ciel nuageux et le nordet me gardent au frais, la chaleur est dans mon cœur aujourd’hui.

Après un départ très urbain, je rejoins avec plaisir les bords du fleuve Saint-Laurent sur la rive sud.

En longeant souvent le fleuve, je traverse Boucherville, Varennes et Verchères sur des pistes cyclables et de petites routes. Déjà à Contrecoeur, il y a un relent de marée. Belle surprise, je croyais que la marée ne s’étalait qu’au lac Saint-Pierre.

Photo de Maryvonne Berthault - Sorel-Tracy 800 x 600

Traversiers reliant les rives du fleuve entre Sorel-Tracy et St-Ignace-de-Loyola

La marée est encore plus présente à Sorel. Quel plaisir de l’observer en sachant que je vais suivre ces marées pendant plusieurs jours de vélo!

À Sorel,  Le 12 George est une très belle maison ancestrale accueillante et le petit déjeuner excellent. Mon vélo est rangé sur un tapis dans la salle à manger. Repos bien mérité assuré!

Jour 2: Sorel – Nicolet, 89 km sur la Route Verte, septembre 2015

Le nordet frisquet est un peu tempéré par un soleil éclatant. Je suis les rives du Saint-Laurent jusqu’à La Sauvagine, une charmante piste cyclable parmi les fermes et les champs. Je rejoins ainsi la route 132 Est où les accotements sont larges et où il y a peu de circulation.

Je fais un arrêt très instructif au Musée des Abénakis, à Odanak. Après Pierreville, la Route Verte entre dans les terres, les fermes, les champs de maïs et de soya. Il y a aussi les vaches qui observent les cyclistes depuis leurs pâturages.

Le parcours vire alors le long de la rivière Nicolet pour retourner vers le fleuve. Les gens sont sympathiques et saluent les cyclistes, ils veulent savoir d’où je viens et où je vais…

Photo de Maryvonne Berthault - Rivière Nicolet

Rivière Nicolet

À Nicolet, je suis accueillie à l’Hôtel Montfort, la maison ancestrale des Pères Montfortains, au bord de la rivière, certifié Hébergement Bienvenue Cyclistes! Le séjour est douillet et le déjeuner digne de tout cycliste.


Jour 3:
Nicolet – Deschaillons-sur-Saint-Laurent, 72 km sur la Route Verte, septembre 2015

En quittant Nicolet, je roule sur une petite route donnant accès aux passerelles de L’Anse du Port vers le lac Saint-Pierre, les battures et le fleuve. Je poursuis sur la Route Verte et une piste cyclable très agréable vers le quai de Sainte-Angèle-de-Laval.

Photo de Maryvonne Berthault - Pont Laviolette

Pont Laviolette

J’apprécie la tranquillité des aménagements cyclables autour de Bécancour. À Saint-Pierre-les-Becquets, les pommiers du jardin du Presbytère valent le détour en toute saison, pour les fleurs odorantes, l’ombre ou les pommes délicieuses.

Toute la journée, le fleuve est près de mon chemin avec ses paysages de battures, falaises et champs en contrebas, ouvrant de beaux points de vue sur la rive opposée. Un vent d’ouest bienvenu me pousse allègrement. Je profite d’un bon élan pour descendre au creux des vallons et remonter de l’autre côté en deux coups de pédale.

Après cette belle journée ensoleillée, je fais un arrêt au Domaine Deschaillons, un endroit très reposant avec vue plongeante sur le fleuve et les navires. À quelques pas, la Côte du Quai mène à de belles plages de sable coincées entre la falaise et la marée montante. Le soleil couchant fait place à la pleine lune dans un spectacle de couleurs et de lumière sur le fleuve, les arbres et les bateaux.

Jour 4: Deschaillons-sur-Saint-Laurent – Lévis, 95 km sur la Route Verte, septembre 2015

Journée grise et vent de dos. Quel plaisir de me laisser pousser! La Route Verte est agréable et variée, parfois petite route au bord de l’eau, parfois grand accotement de la route 132 avec peu de circulation.

Photo de Maryvonne Berthault - Vue sur le fleuve 800 x 600

Vue sur le fleuve

Les feuilles commencent à prendre leurs couleurs automnales dans les collines de la rive nord.

En approchant de Lévis, le parcours par Saint-Nicolas est très convivial et la piste cyclable permet de traverser le pont sans danger tout en offrant une vue plongeante sur les rapides tumultueux de la rivière Chaudière. Le Chemin du Fleuve permet de suivre le bord de l’eau en découvrant de belles maisons jusqu’à la piste cyclable Parcours des Anses qui entre dans Lévis et passe près du terminal du traversier vers Québec.

Je monte dans le Vieux-Lévis pour un séjour à La Maison sous l’orme, une belle maison ancestrale avec vue sur Québec et le Château Frontenac. Une promenade de découvertes dans le Vieux-Lévis permet d’apprécier l’architecture des maisons, des édifices et des églises.

Jour 5: Lévis – Saint-Jean-Port-Joli, 95 km sur la Route Verte, septembre 2015

Je reprends le Parcours des Anses vers l’est pour quitter Lévis.

Une agréable journée en compagnie du fleuve. La marée descend, la marée monte, toujours présente, toujours vivante… Le crachin du matin cède la place à l’air marin, humide et odorant. Avec un vent d’ouest doux et chaud dans le dos, j’avance à belle allure.

Je roule le long de la Route des Navigateurs, où les champs font place aux petits villages nichés sur les rives du fleuve. Puis c’est la Véloroute des Migrations, où tous attendent le passage des oies blanches par milliers au printemps comme à l’automne.

Photo de Maryvonne Berthault - Battures

Battures en bordure du fleuve Saint-Laurent

Je suis bien accueillie à La Maison de l’Ermitage, une ferme d’alpagas absolument mignons, dont le terrain s’étale jusqu’à la berge et où j’ai pris ma collation avant une pluie diluvienne. Après une bonne nuit reposante, un petit déjeuner exquis m’énergise pour la journée.

Jour 6 : Saint-Jean-Port-Joli – Rivière-du-Loup, 105 km sur la Route Verte

Le nordet est de retour en force, il ralenti mes ardeurs.

Je roule sur le bord du fleuve et dans de petits villages. Les paysages changent au fil de la journée, foins, marais salants, filets de pêche. La marée se retire très loin laissant le fond exposé pour les goélands, les échassiers, les hérons et les bernaches venus se nourrir.

Photo de Maryvonne Berthault - Filets de pêche 800 x 600

Filets de pêche

De Village-des-Aulnaies à Rivière-Ouelle, la Route Verte passe par une piste cyclable à fleur d’eau entre terre et mer, aménagée sur les aboiteaux le long du fleuve. La rive nord s’éloigne graduellement, le fleuve s’élargit pour devenir « la mer » selon l’expression des gens de la région.

Les montagnes de Charlevoix sont à contrejour, sous les nuages, une ligne de ciel bleu ouvre juste assez d’espace pour un coucher de soleil éblouissant qui se reflète sur les vagues poussées par le grand vent.

À Rivière-du-Loup, il y a plusieurs options pour continuer le voyage…

  • Prendre le traversier vers Saint-Siméon, Tadoussac, et rouler sur la Véloroute du Fjord du Saguenay et la Véloroute des Bleuets au Lac-Saint-Jean.
  • Rouler sur le Petit Témis vers Edmunston, au Nouveau Brunswick, et les Provinces Maritimes.
  • Continuer sur la Route Verte 1 dans le Bas-du-Fleuve vers la péninsule gaspésienne. C’est ce que je fais…

Maryvonne Berthault biographie-2Article rédigé par Maryvonne Berthault, collaboratrice cycliste Route Verte, septembre 2015


«

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *